DYADIC TIES
En collaboration  avec Léa Roy

Les individus participants sont invités à entrer dans un espace remplie de fil de laines et sont invités à ajouter des fils dans l'espace, créant ainsi une toile.

 

La performeuse Léa Roy agît comme facilitatrice au sein de l'espace et interagît avec les individus participants. Au fur et à mesure de l'évolution de la toile, ses mouvements de Léa évoluent avec l'accumulation des fils dans l'espace modifientt également l'interaction et les mouvements des indivius participants dans l'espace rempli de fils.

 

L'installation-performance explore la notion de communauté en utilisant la métaphore de la ''réseau/toile'' qui peut-être une structure rassurante et confortable (dans l'idée de support et connexion) et à la fois restreignante (dand l'idée d'un confinement et de restriction).

 

Nous avons créé un installation où les individus participants étaient part vivante et intégrante de l'oeuvre et chaque action individuelle (passée et présente) avaient une influence sur l'espace et sur la performeuse (Léa Roy). Cette installation performative a été créer dans le but de montrer les traces de nos actions et notre présence dans notre entourage.

 

Des photos ont été pris tout au long de l'évolution de la toile afin de documenter le passage du temps et l'influence de la communauté sur le travail.

 

Audience members enter a space filled with wool threads and are invited to add threads to the space, creating a web.

 

A dance performer is in the room and is interacting with each individual while they are interacting with the space. Her movements are influenced by the transformation of the space and the accumulation of the web, which will gradually constraint her movements.

 

This performance is exploring the notion of community, using the “net/web” metaphor - which can be both comforting (as an idea of support and connection) and restricting (as an idea of confinement and restraint).

 

It intends to create a setting in which the audience can become living parts of the work, and to show the influence of each individual (past and present) on the space and the performer. This speaks to the imprint of our actions and presence on our surroundings.

 

Photographs have been taken throughout the duration of the installation/performance to document the passage of time and influence of the community on the work.